Témoignage - 21 mars 2017

Merci à l’équipe du CÉINR qui nous a aidé, mon mari et moi, à maintenir le lien avec notre fille qui a adhéré il y a deux ans à un groupe sectaire. Alors que nous recherchions des gens pour exercer une déprogrammation, nous avons découvert, avec le CÉINR, l’importance des liens. Les techniques apprises nous ont permis d’être présents pour notre fille et de mieux comprendre sa démarche. Aujourd’hui, nous parvenons, malgré nos croyances respectives à nous parler dans le respect. Nous serons bientôt grand-parents et nous sommes satisfait de pouvoir accueillir notre petit enfant dans le respect de ses parents.

Line et Pierre

Témoignage - 17 mars 2017

Je suis arrivée au CÉINR suite à plusieurs expériences de croyances désastreuse. La quête de sens m’a conduit à me perdre dans le tourbillon de pratiques dites naturelles de manière ben trop intense. Non seulement je me suis mise en danger, mais j’ai mis en danger mes enfants en voulant pourtant leur bien.  J’ai trouvé au CÉINR un accompagnement sans jugement et une écoute de mes besoins et de mes attentes qui me permet maintenant de comprendre mon cheminement de vie. Ce que j’ai surtout appréciée, c’est de ne pas me faire juger, le respect et l’écoute de l’intervenante. En comprenant mieux comment mes croyances et pratiques étaient signifiantes je suis parvenue a me pardonner de pas toujours avoir fait les bons choix. Je suis encore tentée par les pratiques naturelles et alternatives, mais je sais maintenant mettre mes limites et respecter mon corps et mes proches.

Annie

Témoignage - 3 mars 2017

J’ai appelé le CÉINR suite au conseil d’une amie un peu en désespoir de cause. Après avoir été puni et damné par mon groupe la vie n’avait plus de sens. Je ne sortais plus, je n’osais plus aller dans les magasins. J’Avais toujours peur que le démon s’empare de moi pour l’éternité.  En quittant mon groupe j’ai tout perdu : famille, amis, travail et même mon âme. Au CÉINR l’intervenante n’A pas ri de moi et surtout elle ne m’a pas dit que je n’étais pas damnée. Elle m’A déstabilisé ben raide en me demandant ce que ça faisait de vivre damner et m’a dit que cela l’intéressait de comprendre.  En voulant lui faire comprendre, je suis parvenue à mieux me comprendre et a mieux comprendre mes peurs.

Sylvain

Témoignage - 15 février 2016

Malheureusement, le parcours que j’ai fait au CÉINR n’a pas empêché mon fils de s’expatrier dans un autre pays pour suivre son groupe. L’équipe est présente pour moi depuis 2 ans maintenant. Quand je vois tout en noir, quand l’absence devient trop lourde, il y a toujours quelqu’un pour m’écouter. Merci.

Paul